FANNY GALERNE

Doula en Saône et Loire et à distance,
Maman Contact pour l’association Supermamans France

Bandage et Serrage du bassin

Une technique ancestrale aux multiples bienfaits

Le bandage ou serrage du ventre/bassin est une technique ancestrale toujours utilisée dans plusieurs pays du monde comme l’Amérique du Sud ou au Japon après l’accouchement mais pas que !

C’est un enveloppement serré des hanches et de l’abdomen à l’aide d’un long tissu. Il diffère selon les cultures, le tissu n’est pas forcément le même et il n’est pas installé de la même façon, mais le résultat est toujours le même.

 

Ce qu’il apporte

–  de la chaleur en réchauffant le ventre et évite sa déperdition. En postpartum, celle-ci est primordiale pour le bon rétablissement de la maman.

–  un support aux organes internes qui se sont beaucoup déplacés pendant la grossesse. Le serrage permet de guider les organes vers leur position d’origine et aide l’utérus à reprendre sa taille normale.

–  une aide au bassin pour qu’il se replace correctement, pour soulager les douleurs de celui-ci et pour accélérer le resserrage des ligaments. En effet, celui-ci a été beaucoup sollicité pendant la grossesse et surtout pendant l’accouchement. Les articulations et les ligaments (assouplis tout au long de la grossesse par les hormones) ont été considérablement étirés et écartés pour faciliter le passage au bébé. Ce qui peut occassionner des douleurs.

–  un soutien pour la diastase des grands droits qui s’opère pendant la grossesse. Ce sont les abdominaux qui se séparent pour laisser de la place au foetus. Après l’accouchement, ceux-ci reprennent leur place et se referment, mais cela peut prendre un certain temps. De plus, ils ne se remettent pas toujours correctement et cela peut entraîner certaines conséquences sur le long terme (des douleurs, des tensions, une mauvaise posture..). Le bandage sera donc très utile, car il permet de ramener ses muscles, les organes et le bassin à leur place plus rapidement. Il soutient aussi la posture pendant l’allaitement.

–  une meilleur image corporelle de soi. Il permet d’affiner la silhouette même si ce n’est pas le premier objectif du bandage. Il aide aussi à la réappropriation de son corps.

–  une aide au maintien et à une bonne posture, car les muscles (abdominaux) qui permettent le maintien d’une posture droite, ont été affaiblis par la grossesse. Ceci peut entraîner des douleurs au bas du dos qui compense la perte de muscles du ventre. Le bandage permet d’éviter de compenser cette perte en forçant avec le dos.

–  un sentiment de « contenance ». C’est un soin relativement facile, réutilisable pour d’autres grossesses et peu coûteux qui apporte nombre de bienfaits. Lorsque l’on utilise le bandage du ventre, on se sent comme « refermée ». Alors que souvent après un accouchement on ressent le contraire, on se sent comme « ouverte ».

–  un rituel de fermeture, une célébration pour celles qui le souhaitent. Symboliquement, il permet de « refermer » le passage vers la naissance, avant d’entamer une nouvelle étape avec son bébé. Il peut ainsi servir d’outil pour honorer la maternité.

Le serrage du bassin, à différencier du SOIN RITUEL REBOZO

Le serrage du bassin qui a lieu souvent après l’accouchement voire à la maternité, peut être réalisé avec n’importe quel tissu, écharpe de portage, foulard, paréo pour autant qu’il soit assez long et rigide pour la pratique.

La jeune maman est allongée confortablement sur le dos, le tissu est positionné sous ses fesses. Il est mieux d’être deux pour le réaliser, il suffit d’envelopper le bassin de la femme avec le tissu (au niveau des os iliaques et de l’os de la fesse). Lorsque la femme est positionnée sur le tissu, chaque personne prend le bout du tissu rabattu vers elle et le tire assez fort afin de bien « enserrer » le bassin. Il faut que cela reste confortable pour la maman. Un noeud peut être fait pour que la maman garde le plus longtemps possible la position avec ce tissu serré et le surplus de tissu peut être placé sous les fesses de la femme.

Originaire d’Amérique du Sud, le soin Rebozo en Europe, est donné comme un véritable rituel qui dure plusieurs heures et est effectué généralement par deux femmes. Rituel de passage d’un état à un autre, il permet à la maman « de réintégrer ses limites corporelles », de se recentrer, de se « rouvrir » à sa féminité, de s’offrir un moment pour elle, et éventuellement de libérer un vécu.

Il consiste d’abord en un modelage à quatre mains favorisant le relâchement, puis d’un hammam ou bain chaud aux plantes et enfin d’un enveloppement/resserrage du corps de 7 points clés avec 7 tissus appelés rebozos (tissus aussi et surtout utilisés comme châle ou bien pour d’autres savoirs-faire comme le bercement, le portage…). Il vous est proposé une tisane tout au long du soin, qui facilite la montée en chaleur du corps et qui permet de marquer les différentes étapes du soin.

Quand ?

Le serrage du bassin peut être réalisé dès l’accouchement (24h après un accouchement par voie basse et pas avant que la cicatrice ait guérie pour une césarienne) pour aider le bassin, les organes et les ligaments à retrouver plus rapidement leur place d’origine et soulager les douleurs. Idéalement, il dure 45 minutes et est réalisé rapidement après l’accouchement. Et pour profiter au mieux de ses nombreux bienfaits, il est essentiel qu’il soit refait régulièrement durant les 40 premiers jours postpartum.

Mais on peut aussi se l’offrir autant de fois que l’on veut tout le reste de notre vie. Ce soin est un véritable moment de bien-être et peut être réaliser comme un rituel pour passer d’une étape à une autre. Il permet de s’apporter de la douceur et aussi de prendre un temps pour soi, pour se reconnecter à son corps, ses sensations… Pour vous faire ce cadeau ou pour l’offrir, et pour avoir de plus amples informations ,vous pouvez trouver des praticiennes ici ou encore ici.

 

Sinon, il est conseillé de bander son ventre et son bassin tous les jours en postpartum (s’il n’y a pas de diastasis des grands droits, n’hésitez pas à en parler à votre sage-femme avant de pratiquer ce bandage) pendant plusieurs heures si possible pour une bonne efficacité. Cela doit bien sûr rester plaisant et confortable. C’est ce que je vous transmettrai en séance (présentiel ou à distance) selon le type de bandage que vous aurez choisi.

Sources

Formation de Doula Postnatale Maternité Sacrée par Camille Laperle

Ecole française du rebozo 

Le rebozo