Pourquoi faire ses cosmétiques soi-même ?

 

On peut dire que la cosmétique maison est devenue une vraie « mode ». On en entend parler un peu partout. C’est d’ailleurs comme ça que je m’y suis intéressée, parce qu’il y a beaucoup d’articles qui en parlent. Mais elle est utilisée depuis très longtemps par certaines personnes, bien avant que tout les sites de cosmétiques se développent. Mais je ne me suis pas arrêtée au fait que ce soit IN de faire ses produits de beauté, d’ailleurs ça n’a même pas été l’une des raisons qui m’ont poussé à la pratiquer.

 

Alors pourquoi créer ses cosmétiques ?

 

Pour préserver sa santé

Amusez vous à regarder la composition des cosmétiques que vous avez dans vos placards, vous ne serez pas déçus ! Ne prenez pas peur, même si la première fois que j’ai fait ça je suis restée choquée devant ma petite-et-innocente-bouteille-de-shampoing et tout le reste de ce qu’il y avait dans mes placards…

Ma tête et celle de mon chat lorsque l’on a découvert ce qu’était la composition de mon-huile-adorée-pour-le-corps-qui-brille-de-1000-feux

 

Et ne vous fiez surtout pas aux mentions comme « naturel », « végétal », « éco », « biologique » ou des-petits-conseils-de-recyclage-parce-que-chaque-petit-geste-compte. Cela s’appelle du greenwashing, c’est un peu de la publicité mensongère bien masquée. Beaucoup de marques se présentent comme étant naturelles, mais en fait elles sont conventionnelles (entendez par là . Analysez la liste INCI, c’est la seule qui vous dit la vérité, et repérez les vrais labels !

Vous y trouverez un tas de choses pas très sympa, ni pour nous, ni pour notre planète :

Des huiles minérales et des dérivés de la pétrochimie qui sont complètement inutiles pour notre peau mais avantageux pour les fabricants et qui peuvent être occlusifs.

Des silicones et des polymères qui sont des matières plastiques ultra polluantes et que l’on retrouve partout, même dans le foie des poissons…

Des matières éthoxylées comme les solvants et les tensioactifs dont certains sont très irritants et pas forcément bien biodégradables. Ils ne sont pas reconnus officiellement comme toxiques, mais leur fabrication nécessite un gaz toxique et cancérigène.

Des conservateurs qui sont aujourd’hui très critiqués pour leur potentiel irritant et allergène ou leur effet perturbateur endocrinien comme les parabens par exemple. Le DMDM hydantoin et le Quaternium-15 en font partie, ceux-ci libèrent du formaldéhyde qui est lui est cancérigène.

Des perturbateurs endocriniens qui agissent comme nos hormones et donc perturbent notre métabolisme (impact sur la fertilité, la croissance, la vie cellulaire, le cancer…)

Des substances irritantes qui peuvent être des ingrédients synthétiques ou naturels et qui sont les parfums, les solvants, les humectants, les émulsifiants, les conservateurs…

Toutes ces choses prises séparément (sauf quelques unes  très controversées…) ne sont pas estimées dangereuses par la réglementation. Mais qu’en est-il de l’effet cocktail ? Le soucis c’est que nous n’avons déjà pas assez de recul et donc nous n’avons aucune idée de ce que peuvent faire ses substances sur le long terme. Il arrive d’ailleurs que certaines substance soient d’abord autorisées sur le marché. Et qu’ensuite elles se retrouvent interdites suite à de nouvelles études prouvant la toxicité ou des « effets indésirables ».

 

Pour maîtriser et faire des économies

On choisit le format que l’on veut, souvent on fait des petites quantités et donc on ne gâche pas de produit et on réduit les emballages.

Vous savez ce que vous utilisez comme ingrédients à 100%, comme matières premières, vous maîtrisez donc ce que l’on consomme. On peut donc faire un produit totalement naturel, voire biologique sans produits toxiques. C’est la transparence dont nous aurions besoin avec les produits du commerce.

Souvent les produits que l’on achète sont très dilués pour permettre un coût de fabrication moins cher (et de surcroît avec de l’eau qui sera remplacée par un hydrolat ou de l’huile synthétique qui sera remplacée par une huile végétale = 100% actifs) . Lorsque l’on fabrique soi-même ses produits, on peut utiliser des ingrédients de grande qualité et par conséquent très efficaces et donc en mettre moins.

Si l’on reste sur des basiques simples, qui correspondent vraiment à nos besoins, on peut réellement faire des économies. A condition bien sûr de ne pas s’emballer et de ne pas acheter 50 mille actifs et matières premières ! 😉

On ne dépend plus des petites blouses blanches qui travaillent dans les labos en qui nous n’avons plus vraiment confiance mais bien de nous-même. Et qu’est ce que c’est plaisant !

 

C’est ludique, on peut personnaliser à souhait 

Jouer les petits chimistes dans sa cuisine c’est quand même super cool non ?!

On met à profit son côté créatif (qu’on aurait pas totalement exploiter à l’école :-p ), s’amuse avec les textures, les odeurs, les couleurs à l’infini… Et si l’on reste toujours dans des choses basiques (j’insiste parce qu’au début, on a envie de tout faire et donc de tout acheter 😀 ), c’est très simple de se créer une belle petite trousse beauté !

 

On crée du sur-mesure, exprès pour soi ou sa famille, on est fier de nos petites potions une fois finies ! C’est très gratifiant de réussir quelque chose soi-même !

 

C’est instructif

On apprend pleeeeein de choses ! Souvent ça nous donne envie d’en savoir plus. On comprend pourquoi on utilise tel ou tel produit, on apprend à mieux se connaître pour cibler ses besoins et donc créer des produits efficaces. (On intègre vraiment qu’aucun produit, même miracle, n’effacera jamais les rides par exemple 😀 Désolée pour celles qui y croyaient encore, c’est raté…! )

 

Ce sont donc les raisons qui m’ont poussé à faire mes produits moi-même, mais il en existe bien d’autres. Et bien sûr, même si la cosmétique maison est très ludique, je ne peux m’empêcher de vous rappeler, encore, que ça ne se fait pas comme ça d’un coup de baguette magique (bon encore un mythe de tombé…). Il faut pratiquer avec prudence, respecter les doses, l’hygiène, les méthodes de fabrication et la conservation, tester ses produits comme les matières premières… Mais une fois tout ça suivi de manière méticuleuse, je vous assure que ce n’est que du bonheur !

 

Petit +

La liste INCI, qu’est ce que c’est ?

C’est l’International Nomenclature of Cosmetic Ingredients ↠ bon c’est la liste des ingrédients que l’on trouve sur l’emballage quoi 😀 (par contre elle est un peu exhaustive cette liste, en effet en dessous de 1%, l’affichage est libre…)

Dans l’Union Européenne, elle est obligatoire depuis 1998. Les ingrédients sont affichés dans l’ordre décroissant (selon leur présence dans le produit). A la fin on trouve les composés aromatiques et les allergènes.

Nul besoin de décrypter toute la liste puisque parfois elle est trèèèèèès longue. (D’ailleurs si elle est longue, déjà ça fait réfléchir, trop de produits, trop de chances d’y retrouver de mauvaises choses…) Les 6 premiers suffisent à se faire une idée de la compo.

Pour vous aider à décrypter vos étiquettes, il suffit de cliquer juste , et ici, ce sont deux sites très efficaces.

Et un livre (dont je me suis grandement inspirée pour cet article puisque c’est CE livre m’a vraiment donné envie de m’y mettre), qui m’a bien ouvert les yeux sur notre monde (bon j’exagère un peu, on va dire sur la cosmétique conventionnelle 😀 ) ⇝ Slow cosmétique, le guide visuel, Pas à pas vers une beauté plus naturelle, de Julien Kaibeck et Mélanie Dupuis.

 

Les ingrédients à éviter le plus possible pour notre santé ou celle de la planète : 

✵les parabens, le benzophenone (filtre UV), le triclosan qui sont tous des perturbateurs endocriniens

✵les huiles minérales = pétrochimiques (petrolatum, paraffinum liquidum,…), pas très ragoûtant hein ? 😀

✵les silicones (-one ou -xane) et plastiques (-polymers, -vinyl-, …) qui mettent énormément de temps à se décomposer dans l’environnement

✵les alcools ↠ assèchent et irritent la peau

DMDM hydantoin, imidazolidinyl urea, quaternium-15E ↠ formaldéhyde et libérateurs de formaldéhyde qui est cancérogène, irritant et allergisant.

✵les mots écrits en grosses lettres comme : PEG, PPGEDTA (fixateur de métaux lourds, très toxique à forte dose), BHT (perturbateur endocrinien), BHA (perturbateur endocrinien), SLS qui sont souvent polluants et irritants

✵les lauryl sulfates ↠ tensioactifs très irritants pour la peau et les voies respiratoires

✵les sels d’aluminium ↠ potentiellement cancérigènes, et toxiques pour le système nerveux et les os.

✵le phenoxyethanol ↠ conservateur jugé toxique pour le foie par l’ANSM, pour les enfants de moins de 3 ans

✵les parfums synthétiques ↠ souvent irritants et donc pas du tout naturels contrairement aux huiles essentielles qui sont énumérées une par une et par leur nom latin.

✵les allergènes ↠ présents dans les parfums et conservateurs. Une liste existe, on la trouve un peu partout, comme ici.

 

Alors vous êtes convertis ou à convertir ? 😀 Avez vous envie de vous lancer ? Avez vous d’autres raisons qui vous donnent envie de vous y mettre ?

 

A très bientôt,

_Fanny ✨

1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *