Dossier soleil Part 1 : Comprendre ses effets et s’en protéger

Mois de juin, mois de l’été.

Ça y est le soleil est là, et l’été avec !

On l’a bien senti, il faut ressortir les ventilos, on mange bien frais et des glaces à gogo ! 🙂

Mais alors que l’on sait qu’il faut se protéger des coups de soleil, et pas seulement pour la méchante brûlure que ça entraîne, pourquoi et surtout comment ?

 

Le soleil, dangers et bienfaits

Le soleil, notre chère étoile qui nous réchauffe (un peu trop en ce moment), est absolument indispensable à la vie sur Terre. Il a donc d’énormes bienfaits, que nous verrons ensuite, mais aussi quelques dangers qui ne sont pas à négliger.

Crédit : jeremy bishop
Le moins agréable :

*Les bons vieux coups de soleil répétitifs (ceux-ci sont l’équivalent d’une brûlure de 1er ou second degré 😉 ) : ils sont impliqués dans le déclenchement des cancers de la peau.

*Vieillissement cutané : les UVA sont en partie responsables de la formation des rides dont nous avons si peur, en faisant perdre à notre peau son élasticité.

*Tâches pigmentaires dues à des dysfonctionnements dans la production de mélanine entraînés par des expositions prolongées et répétées.

*Déshydratation de la peau liée au dessèchement bien sûr.

*Diminution des défenses immunitaires au niveau de la peau car l’exposition aux UV des cellules se chargeant de reconnaître les corps étrangers, les affaiblit.

*Acné « rebond »:  l’épaississement de la couche cornée (couche supérieure de la peau qui s’épaissit sous l’effet des rayons UVB afin de protéger la peau d’une grande partie de ses rayons) peut conduire à une forte poussée d’acné après l’arrêt des expositions.

*Chaleur : les rayons infrarouges pénètrent la peau et la réchauffent, ce qui est un effet bénéfique, mais attention au coup de chaleur !

*Allergies aux UVA, qui provoquent dès les premières expositions des lésions cutanées (appelées papules).

*Effets ophtalmiques, le soleil peut causer des kératites et des cataractes.

*Cancers de la peau, il en existe deux sortes : les carcinomes (pré-cancéreux qui évoluent en cancer de la peau sans traitement) et les mélanomes (lésions cancéreuses). Les premiers, qui sont les plus fréquents, touchent la couche la plus profonde de l’épiderme. Ils sont souvent associés à des expositions fréquentes et continues aux rayons du soleil. Les seconds touchent les mélanocytes (cellules produisant le pigment mélanine qui nous protège des rayons des UV) et peuvent générer des métastases, ils sont souvent dues à des expositions intenses qui ont eu lieu durant l’enfance.

 

Le plus sympa :

*Le bronzage. En réalité, ce si joli hâle (dont nous raffolons tous, il ne faut pas se mentir !) donné à notre peau par le soleil, est une réaction naturelle d’autodéfense de notre organisme. Celle-ci a lieu pour protéger notre peau des UV et des dégâts causés par une exposition trop importante aux rayons, sur l’ADN des cellules de notre peau. En effet, la production des mélanines est activée par l’action des UVA et UVB. Ce sont ces pigments qui absorbent les UV et protègent notre peau de ces derniers.

*Une exposition régulière et non intense est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. En effet, le soleil permet la synthèse de la vitamine D au niveau de la peau. Une vitamine importante, qui permet à notre corps d’absorber le calcium et le phosphore, mais qui surtout joue un rôle dans l’immunité et qui a donc une action protectrice importante contre certaines maladies cardio-vasculaires, maladies inflammatoires et cancers.

*Améliore l’état de la peau dans le cas de certaines pathologies, comme l’eczéma, le psoriasis, certaines formes de vitiligo…

*Excellent anti-dépresseur : sa lumière permet de lutter contre la dépression (regardez la luminothérapie). Améliore notre moral, grâce à la libération d’une hormone: la sérotonine.

*La chaleur et la lumière nous apportent une sensation de bien-être, de l’énergie.

*Production de mélatonine, une hormone qui régule notre sommeil, a des effets sur notre humeur et notre système immunitaire.

*Aide à la construction du système immunitaire par l’augmentation des globules blancs (les lymphocytes luttent contre les infections) due à la chaleur procurée par les rayons du soleil.

 

Rappelons bien que tous les risques énoncés au-dessus, sont liés aux expositions longues et répétées. Alors que tous ces bénéfices peuvent être acquis avec une exposition régulière et raisonnée ↠ tant que l’on n’arrive pas au point d’avoir la peau rouge (bien avant le coup de soleil), on peut bénéficier de tous ces bienfaits.

 

Nous ne sommes pas tous égaux face au soleil !

Effectivement, nous ne sommes pas tous concernés par les coups de soleil. Il y a des personnes plus sensibles (ceux qui ont la peau, les yeux et les cheveux clairs) qui rougissent beaucoup plus vite et facilement que d’autres (ceux qui ont la peau, les cheveux et les yeux foncés).

La couleur de notre peau (caractère héréditaire) définit notre sensibilité au soleil. On peut retrouver 6 phototypes différents classés en fonction des réactions que notre corps a face au soleil :

 

Crédit : Aromazone

Nota Bene : il existe aussi le phototype 0 qui est très rare, il s’agit des personnes albinos, qui par un déficit génétique, ne synthétise pas la mélanine. Leurs cheveux sont blanc ou jaune pâle et leur peau est d’un blanc très clair. La moindre exposition conduit à des coups de soleil. Elles ne bronzent jamais.

 

Ce qu’il faut absolument retenir : coup de soleil ou pas, à terme le risque de cancer est pour tout le monde. Même s’il y a des prédispositions chez certains !

 

Comment se protéger des rayons ultraviolets ?

D’abord, même à l’ombre nous ne sommes pas entièrement à l’abri des rayons du soleil. Les UV se réfléchissent partout et traversent les nuages.

C’est aussi bon de savoir que plus la latitude du lieu où l’on se trouve est élevée, plus la lumière solaire est importante et donc les rayons UV aussi (logique puisque l’on se rapproche du soleil, non ?).

Alors la première chose est de bien sûr, ne pas s’exposer aux heures les plus chaudes. (Entre 10h et 16h en France l’été). Ensuite, il est bien de porter des lunettes de soleil, un chapeau et se protéger avec des vêtements.

Opter pour une crème solaire en plus, est plutôt (très) recommandé, mais ne vous protégera pas des UVA. Associée au reste, c’est une très bonne protection. Encore plus si on respecte scrupuleusement la notice d’utilisation (certaine dose à appliquer, renouvelée toutes les 2 heures et après chaque baignade, respecter une durée d’exposition pas trop longue ↠ dès qu’une légère rougeur apparaît).

La crème solaire ne protégera donc pas des rayons ultraviolets à 100%. Elle ne doit pas servir de prétexte pour faire durer l’exposition, encore plus aux heures fortement déconseillées. Elle doit surtout permettre à la peau de se pigmenter en douceur en la protégeant au maximum des rayons. Afin que la mélanine face son job !

Les indices de protection

Pour adapter la crème à son phototype, il existe un indice de protection auquel se fier, le FPS (facteur de protection solaire) ou SPF (version anglaise), qui est la capacité d’une crème à bloquer les rayons UVB, responsables des méchants coups de soleil :

Un FPS de 8 arrête 88% des UVB
Un FPS de 15 arrête 93% des UVB
Un FPS de 30 arrête 97% des UVB
Un FPS de 50 arrête 98% des UVB

ATTENTION : ce n’est pas parce que vous prendrez un indice 50 que vous pourrez doubler le temps d’exposition solaire, le FPS n’étant pas un indice de temps.

Il faut donc retenir qu’il n’y a pas énormément de différence entre un indice 30 et un indice 50. Et que tous les indices au-dessus de 50 vendus dans le commerce, sont purement marketing.

Crédit : Quoi dans mon assiette

Cet indice ne concerne malheureusement pas les UVA, dont les effets ne se verront que sur le long terme. Et dont la protection n’est pour le moment pas encore mesurable. Il est donc recommandé d’utiliser une crème solaire qui contient du dioxyde de titane ou bien de l’oxyde de zinc sans nanoparticules.

 

Conclusion 

N’oublions pas que notre « capital soleil » (que nous épuisons au fur et à mesure de nos expositions au soleil) n’est pas éternel ! Et oui, les effets des UV sur notre peau sont cumulables ! D’où l’extrême importance de se protéger des rayons nocifs du soleil.

Comme il l’a été dit dans cet article, qui n’engage que moi mais qui reprend les grands lignes des recommandations officielles et un peu de bon sens, la meilleure protection que vous pourrez offrir à votre organisme sera d’éviter de sortir aux heures où le soleil est le plus haut, de ne surtout pas vous exposer de manière extrême. Ainsi que de vous protéger avec des vêtements, chapeau à bords longs pour protéger tout le visage et le cou… Pensez aux lunettes de soleil qui sont aussi indispensables, avec la norme CE (de préférence CE3 ou CE4). Recherchez l’ombre tout en gardant à l’esprit que les rayons UV se réfléchissent un peu partout. (Réverbération sur le sable, l’eau, les sols et murs blancs…). En sachant aussi que même lorsque le temps est nuageux, les rayons ultraviolets traversent les nuages et sont encore très forts. 

Dans tous les cas, il faudra adapter votre protection en fonction de vous, de votre phototype. La seule limite est celle que l’on se met soi-même. Il faudra aussi prendre en compte si la personne à protéger est un enfant, un adolescent ou une personne très fragile. N’oublions pas que si nous épuisons le capital santé de nos enfants dès le départ, le facteur majeur de risque d’apparition de mélanome augmentera (80 voire 90% du risque solaire serait constitué avant 18 ans). Bien sûr, les bébés ne doivent jamais être exposés au soleil.

 

Et si vous ne savez pas quel genre de crème choisir, bio, pas bio, faite maison : rendez-vous ici dans la deuxième partie de ce dossier Soleil !

 

Rayons UV = rayons ultraviolets

 

 

A bientôt,

_Fanny ✨

 

Sources de l’article :

Consoglobe

Le pharmachien

Le blog Oleassence

Aromazone

Solidarités Santé.Gouv

Quoi dans mon assiette 

 

 

1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *